JM Créations

Capture d’écran 2013-03-05 à 11.24.00

Bonjour,

Aujourd’hui je vais vous proposer un article un peu différent, qui présente l’un de mes anciens projets, réalisé seul, de A à Z. C’est peut-être le projet dont je suis le plus fière et son histoire est particulièrement intéressante selon moi…

Je vais donc parler de JM Créations et plus particulièrement de ses déclinaisons logicielles concernant la météorologie, à savoir la suite JMC Surveillance Météorologique.

Mais pourquoi en parler aujourd’hui ? Car je suis tombé sur cette vidéo en me levant, et PAF, moment souvenir et émotion en repensant aux raisons qui m’avais poussé à développer ma première application…

 

Commençons la folle histoire de JM Créations…

Depuis tout petit, je suis passioné de météorologie, et plus particulièrement des orages, qu’ils soient d’été, locaux, en supercellules… Une passion qui m’anime toujours autant, chaque été, au moindre Cumulo-nimbus que je vois poindre à l’horizon… (Nom latin des nuages responsables des orages). Une passion qui m’a amené à plusieurs reprises à repenser mon cursus scolaire et qui m’a même conduit à effectuer un stage auprès de Météo-France.
Mais d’ou viens cette passion ? L’anecdote familiale sur ma passion relève d’un vrai petit fait divers. En effet, le jour de ma naissance, une mini-tornade s’était abattue dans mon département, à quelques dizaines de kilomètres de l’hôpital où j’ai vu le jour… Vrai ou Faux ?

L’idée de développer un logiciel concernant les prévisions de phénomènes météorologiques dangereux m’est venu bien après la révélation de ma passion pour la météo, elle remonte à mai 2009. J’étais fraichement débarqué à Bordeaux pour honorer ma première année universitaire en Histoire à Bordeaux III. Les fameuses grèves mémorables animaient la fac, la bloquée pour être plus exact. C’était le printemps, les orages revenaient et mes premières histoires d’amours houleuses me laissait du temps libre…
A cette époque, pour consulter des cartes météorologiques, j’étais dans l’obligation d’ouvrir plusieurs onglets dans mon navigateur internet, des onglets par miliers qui ralentissaient mon ordinateur. Je pestais, je pestais et je pestais jusqu’au jour où… J’en ai eu marre de me plaindre
Pour suivre les dires de Steve Jobs, j’ai voulu créer ce qui n’existé pas déjà (J’ai connu sa citation à posteriori…). J’ai donc téléchargé le premier pack de développement gratuit de Microsoft : Visual Studio 2005.
Puis, grâce à la fac, j’ai pu télécharger gratuitement des versions complètes et plus récentes dont Visual Studio 2008 Professional. Et L’histoire débuta enfin…

Ai-je voulu abandonner au début ? De nombreuses fois oui ; je tatonnais, je ne comprenais que peu de choses, il été évident que développer cette application allait me prendre beaucoup de temps… Plus que je l’imaginais !
J’ai souvent laché l’affaire, j’ai souvent baissé les bras, mais en me resaissisant, je reprenais mes recherches sur de nombreux forums dédiés, afin de comprendre et de développer cette application.
Après un mois, la première version été prête. Un peu poussive, simpliste, voire complexe, elle a marqué le point de départ de toutes les autres versions. D’un renouveau.

Mais c’est alors qu’un drame s’abatit. Mon fichier d’édition devenu illisible par une mauvaise manipulation, mon application été donc partie en fumée… Aucun moyen de la modifier.
Dépité, j’ai mis beaucoup de temps à m’en remettre, je n’avais nullement envie de « refaire » l’application sur laquelle j’avais passé des heures et des heures…

Mais comme toujours mon désespoir a fait place à une certaine rage, une revanche sur ces lignes de codes défectueuses qui avaient réduits mes recherches à néant. Et repartant de plus belle, je proposais peu de temps après la première version exploitable du logiciel : JMC Surveillance météorologique 2.0.

Capture d’écran (33)

 

Plus propre que sa précédente mouture, j’étais prêt à faire mieux et à développer plus.

Pour simple moteur ? L’envie d’apprendre, de me surpasser, de combattre ma phobie des maths, pousser ma réflexion, résoudre des casses têtes…

Apportant petit à petit des nouveautés, passant de version en version, d’améliorations en améliorations, en ajout de programmes en ajout de programmes, de services en services…
Je me suis mis entre 2009 et 2011 à developper des lignes et des lignes, à penser aux améliorations en assistant à mes cours, à des logos en mangeant, à des interfaces multiples en dormant…
A un point ou je passais parfois mes anniversaires, non pas à faire la fête, mais derrière mon écran à développer des améliorations…

C’est ainsi que l’application s’est étoffée d’applications personnelles plus pointues comme un éditeur de texte, un système d’alerte météorologique à destination des utilisateurs, un système de report de bugs, de signalement de phénomènes dangereux collaboratif, de calculs de distance, un outil d’inscription pour une assistance personnalisée, un éditeur de carte de géolocalisation pour les chasseurs d’orages…

L’interface s’est aussi améliorée, devenant plus claire, et plus intuitive, anticipant les actions utilisateurs grâce à des algorithmes mathématiques que j’avais mis en place. Certains efficaces, d’autres pas.

C’est avec la version 6.x que mon interface a marqué un pas vers la simplicité et l’efficacité : l’interface JMC Cloud !

aplications

 

L’installation même du logiciel avait été étudiée afin de simplifier les mises à jour ou les premières installations selon la configuration utilisateur.

Ainsi, après une courte vidéo de présentation, on pouvais installer simplement sa clé de licence et la faire valider instantanément par mon serveur, procéder dès le début à son inscription au support personnalisé JMC Total Care (Largement inspirée de l’inscription HP), importer ses anciens paramètres si l’application avait déjà été installée.

Capture d’écran (27) Capture d’écran (28) Capture d’écran (29) Capture d’écran (30) Capture d’écran (31) Capture d’écran (32)

 

De cette multiplication d’aménagements pour compléter mon application j’ai du petit à petit me transformer en petit ingénieur marketing en herbe, à me mettre à l’écoute des besoins des autres, les miens étant comblés, je me devais d’aller plus loin et de répondre à ceux des autres… Un ancien compagnon dans le Marketing avait eu raison de moi là dessus !
C’est ce qui m’as sans nul doute poussé à développer des services à destination de certains passionnés comme les chasseurs d’orages ou bien à destination de certains secteurs comme le BTP, visant a les aider à protéger leurs infrastructures sensibles (Grues…) des risques météorologiques dangereux.

Mais développer une application météorologique pour PC, ce n’été pas suffisant !
Je me suis mis à porter mon application sur des platformes plus compactes comme les Pocket PC et les smartphones sous Windows Mobile.
C’est au fil de ces déclinaisons que son apparues des versions qui ont permit de « classer par utilisation » mes applications : une version Professional payante, une Lite (comprendre Light) et une Mobile.

Cependant, arrivé à la version 6.x, mon application été devenue bien trop complexe à gérer manuellement. Les mises à jour, les alertes, les clés de licence, je me devais de simplifier mon travail d’actualisation du contenu pour gagner en efficacité.
J’ai donc crée en parallèle JMC NetworkDesktop, une application cloud qui me permettait de mettre à jour les informations affichées dans JMC Surveillance Météorologique sans devoir modifier moi-même les fichiers d’informations stockés sur mon serveur.

Capture d’écran (2)  Capture d’écran (4) Capture d’écran (5)  Capture d’écran (7)

 

Grâce à JMC NetworkDesktop j’étais en mesure d’actualiser les contenus de mon application de façon rapide et efficace, en toute fiabilité.
Aussi, à partir de là, j’étais en mesure de déléguer les actualisations grâce à la simplicité de l’interface de JMC NetworkDesktop. Cependant, pour garantir un contrôle sur les modifications qui pouvait être apportées par un tiers, l’utilisation de ce logiciel nécessité une authentification de l’utilisateur par le serveur, ainsi, seules les personnes que j’avais habilité, pouvait intervenir sur les contenus disponibles dans JMC Surveillance Météorologique.
Enfin, à chaque démarrage, cette application générée par défaut, grâce à des lignes de codes personnelles, des rapports d’évènements qui été stockés en ligne et en local. Grâce à ces derniers, j’étais en mesure de savoir qui faisait quoi, et remonter à la source de problèmes en cas d’erreurs dans les contenus.

Enfin, toutes ces créations nécessités une vitrine pour être « visibles » et disponibles au téléchargement. En effet, pour promouvoir mon application, je me devais d’avoir un site efficace. C’est alors que pour un cours de developpement web (TICC à l’université), j’ai décidé de rendre mon site JM Créations plus attrayant afin de correspondre aux innovations esthétiques auxquelles mon application avait été soumise.
Et bien que certains pensaient à tord que ce site était un WordPress, il n’en était rien, ce site avait été entièrement developpé par mes soins ; et d’ailleurs les lignes de code sont toujours là pour plaider en ma faveur.

Capture d’écran 2013-03-05 à 11.24.00

 

Et c’est ainsi que la boucle JM Créations s’est terminée. Sur cette dernière mise à jour, la fameuse 7.0.300.36 publiée le 8 juin 2012.

Une aventure qui s’est donc achevée et que je n’ai jamais reprise en main pour l’instant… Peut-être qu’un jour je reprendrais son développement…
Quoi qu’il en soit, cette période retrace la folle période où j’avais encore pleins d’idées en tête, qui fourmillaient à tout va, sans arrêt et où la perspective de me lancer dans quelque chose de nouveau où je connaissait rien ne me faisait pas peur.

C’est pour cela que j’espère un jour, reprendre le développement de cette application… pour retrouver ce fourmillement et cette motivation sans limite…

Petite anecdote pour la fin et finir sur une touche plus sympa… : Aujourd’hui, tous mes sites sans exception, même celui-ci, dépendent du serveur JM Créations 🙂 L’original !

 

***

 

Voici des captures en situation de mon logiciel JMC Surveillance Météorologique 7.0 Professional :

Capture d’écran (8)

Capture d’écran (11)

Capture d’écran (12)

Capture d’écran (13)

Capture d’écran (14)

Capture d’écran (15)

Capture d’écran (21)

Capture d’écran (17)

Capture d’écran (18)

Capture d’écran (19)

Capture d’écran (20)

Capture d’écran (22)

Capture d’écran (23)

Capture d’écran (24)

Capture d’écran (25)

Capture d’écran (26)